Saint Nicolas de la Balerme

ORIGINE DU NOM

Si l’on en croit la légende , vers l’an 300 environ , l’empereur CONSTANTIN réussit à faire disparaître l’antique paganisme de nos ancêtres celtes , pour leur faire adopter la religion chrétienne .

Les CELTES adoraient plusieurs dieux ou déesses , dont une "BELISMA" , que l’on pourrait comparer à Minerve (dont le culte fut introduit à ROME par les ETRUSQUES ).

Et justement , l’endroit où on vouait un culte farouche à BELISMA se situait à SAINT NICOLAS .L’église chrétienne, fine mouche , préféra substituer en douceur le nouveau culte à l’ancien , plutôt que de le faire disparaître brutalement .

Ainsi elle accola un saint local bien improbable "SAINT NIEDAS" , qui devait devenir par la suite SAINT NICOLAS , à la déesse du coin .De cette façon , tout le monde y trouvait son compte .Les chrétiens avec leur saint , et les païens avec leur déesse .Au fil des ans , SAINT NICOLAS DE BELISMA devint SAINT NICOLAS DE LA BALERME.

Par contre , si l’on en croit Monsieur l’Abbé DUBOURG , auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire du département , ST NICOLAS devrait son nom à ST NIEDAS (un saint italien) , que les bateliers , nombreux à cette époque , auraient pris pour patron et à un ermitage qui aurait existé en des temps forts reculés sur les rives de la rivière l’AUROUE , peu avant sa jonction avec la GARONNE , et qui aurait disparu par la suite emporté , sans doute par une de ces crues dont la GARONNE était coutumière . L’endroit serait devenu le Val des Ermites , et par déformation successives "VALERME". Comme le V occitan se prononce B, nous avons donc :SAINT NICOLAS DE BALERME.

Notons toutefois que la première explication parait beaucoup plus plausible , car le nom "BALERME" se retrouve dans le nord du département , et notamment à MONTPEZAT d’AGENAIS où on trouve l’église SAINT JEAN DE BALERME , qui n’est pas au fond d’un quelconque vallon , mais au sommet d’un coteau .

Notons aussi que le village a changé plusieurs fois de nom :

-En 1621 , nous trouvons "LA BALERME SUR GARONNE".

-En 1689 , il devient "SAINT NICOLAS DE LAMOTHE MONGASCON" , nom qu’il gardera jusqu’en 1725 , date à laquelle il prendra définitivement celui de "SAINT NICOLAS DE LA BALERME ".

 

LE VILLAGE

Bien regroupé autour de son église , dont un document de 1062 mentionne l’existence , ce qui n’était alors qu’une modeste chapelle , connue sous le nom de "SAINTE MARIE" , fut en partie détruite pendant les guerres de religion .

Reconstruite vers la fin du XVI° siècle , c’est un mélange d’art roman et gothique , sans grand caractère. Elle abrite une statue en bois de ST ROCH , devenu entre temps le saint patron de la paroisse et réalisée par un artisan local dans le courant du XV°(statue classée).

La légende veut qu’en 1712 elle ait été enlevée par nos voisins de la bastide de CAUDECOSTE , pour se protéger de la peste .Placée sur une charrette tirée par des boeufs, ceux-ci arrivés à la limite de la paroisse , refusèrent d’avancer . Devant cet état de fait , qui traduisait la volonté du saint de rester à ST NICOLAS , la statue fut aussitôt ramenée dans son église, où elle se trouve de nos jours .

Bien qu’arrivées avec un temps de retard , les idées de la grande révolution se matérialisèrent par la prestation de serment de l’abbé BEDEL qui le 1° Mars 1794 jura fidélité à la Constitution et par la fermeture à dater de ce jour du lieu de culte . Cette mesure devait prendre fin le 12 Août 1795. Ce n’est qu’en 1880 que la famille DAMPIERRE fit ajouter à l’édifice quatre chapelles latérales sur l’emplacement de l’ancien cimetière , qui avait été transféré hors du village .

L’église , qui possédait une cloche datée de 1763 , fut enrichie d’une seconde en 1861 (dite "grosse cloche").

Le village s’étendait le long de la GARONNE , jusqu’au château seigneurial de SAINT PHILIP , où les maisons abritaient une fraction importante de la population , composée en majeure partie de marins et de bateliers .

Une population qui , de 650 âmes en 1841 , devait tomber à 350 en 1895 par suite de l’arrêt de la batellerie sur le fleuve , concurrencée à la fois par le canal latéral à la GARONNE et la ligne du chemin de fer BORDEAUX -SETE , tous deux mis en service en 1858.

LE CHATEAU .

Contacts

Maire: Espérance JULIEN, expert comptable. Adjoints: Serge NICOLOTTO, Guy DAUZON, René GALLON Secrétaire de Mairie: Chantal MAUREL Téléphone: 05 53 87 33 00 Fax: 05 53 87 41 44

Jours et heures d'ouverture: lundi, vendredi de 8h.30 à 12h. ; mardi, jeudi de 13h.30 à 17h.30 Nombre d'habitants: 367

Superficie: 472 ha.


Astaffort Caudecoste Cuq Fals Layrac Saint Nicolas Saint Sixte Sauveterre Saint Denis